Séjour en immersion chez une professeure pour apprendre le français, préparer un examen de français ou améliorer son français

Vivre en immersion dans un village français en Provence

Venez apprendre le français chez votre professeure ...

Je vous propose d'améliorer votre français et de vivre des aspects de la culture française lors d'un séjour en immersion totale dans notre grande maison familiale au cœur du village de La Roquebrussanne dans le Parc Naturel Régional de la Sainte-Baume, à mi-chemin entre Aix-en-Provence (45 minutes) et Toulon (40 minutes).

Pendant les cours, nous travaillerons le français de façon spécifique et adaptée à vos besoins et à vos objectifs.

Apprendre le français en immersion dans un village français en Provence
Apprendre le français en pique-niquant en Provence

Vivez des facettes de la culture française !

Vous participerez à la vie familiale dans une famille conviviale et vous améliorerez votre français courant au cours des repas que nous partagerons ensemble.

Nous explorerons les richesses artistiques, culturelles et naturelles de la région et nous irons à la rencontre des acteurs de la vie artistique, culturelle et économique de la région.

Apprendre le français en assistant à un spectacle
Dans Arts

Un "se" qui change tout

Par Le 24/05/2022

En français, beaucoup de verbes existent à la forme pronominale et à la forme non pronominale. Le problème pour les apprenants du français, c'est que certains de ces verbes ont un sens différent selon qu'ils sont à la forme pronominale ou qu'ils sont à la forme non pronominale.

Ainsi « battre » et « se battre » non pas le même sens.« se battre » signifie « combattre » alors que « battre » signifie « être animé de mouvements répétés ». « L'oiseau bat des ailes avant de s'envoler » et « Les amoureux ont le cœur qui bat »

Cette affiche de rue vue récemment dans le quartier du Panier à Marseille joue avec ces deux sens. En perdant son pronom personnel, l'expression « Viens (te) battre si t'es un homme ! » a perdu son agressivité et a gagné en humanité !

Une brasserie qui se raconte des histoires

Par Le 23/05/2022

Cette brasserie aux parasols rouges est à l'angle d'une place et d'une rue du centre-ville de Hyères. Ses propriétaires se sont amusés à la baptiser « La brasserie du bon coing », un nom qui joue avec les sons et avec les sens et repose sur trois références.

La première est en lien avec l'emplacement de la brasserie, au coin (= à l'angle) d'une place et d'une rue. 

La deuxième est l'utilisation du mot « coing », du nom du fruit en forme de poire et de couleur jaune, dont on fait une délicieuse confiserie : la pâte de coing.

Et enfin, la lettre finale « g » ajoutée au mot « coin » fait référence au stéréotype selon lequel en Provence, de nombreux locuteurs ajoutent le son [g] à la fin de certains petits mots.

Qu'importe son nom, il fait bon s'attabler dans ce petit coin de paradis !

Dans Nature

Comme dans un "Champ de coquelicots"

Par Le 20/05/2022

Depuis quelques jours, le parcours de santé de La Roquebrussanne s'est transporté dans le tableau de Claude Monet.

Pour le plus grand plaisir des sportifs, des flâneurs, des esthètes, des contemplateurs, des peintres, des jardiniers, des abeilles, du mien et du vôtre, peut-être...

Si vous voulez entrer dans le tableau, dépêchez-vous ! La floraison des coquelicots est aussi belle qu'elle est éphémère.

Des collines à notre assiette

Par Le 24/04/2022

Sur le marché paysan de Garéoult, ce matin comme tous les samedis matin, il y avait la queue devant le stand de Franck. Il vend les fromages, les yaourts et les brousses qu'il élabore lui-même à partir du lait de ses brebis corses qui pâturent dans les collines de Garéoult. L'herbe au pied des vignes, des oliviers et dans les prés, mais aussi les plantes de la colline (laurier tin, chêne, ciste, romarin, glands et champignons …) sont parmi leurs mets quotidiens.

Installé à Garéoult depuis septembre 2014, Franck a choisi les brebis de race corse car elles sont parfaitement adaptées au climat et à la végétation méditerranéens. Non seulement cette alimentation naturelle donne un lait riche en arômes mais leur pâturage contribue aussi à préserver les collines du risque d'incendie et à retrouver un environnement riche en biodiversité.

L'activité de Franck est un exemple de circuit court, un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce par la vente directe du producteur au consommateur pour notre plus grand plaisir !

Dans Nature

Il est temps de faire une petite sieste !

Par Le 21/04/2022

Tout le monde est d'accord sur le fait que faire la sieste a de nombreux bienfaits sur notre santé. La journaliste Edwige Coupez nous le rappelle dans ce podcast de la radio publique France Info.

Mais faire la sieste sur notre terrasse à La Roquebrussanne, bercé.e par le chant des oiseaux, le bruissement du feuillage et le bourdonnement des abeilles, c'est aussi se plier très agréablement à un délicieux art de vivre.

Et puis, comme le rappelle la journaliste en utilisant un très joli mot de la langue provençale qui n'a pas son équivalent en français, on ne se réveille pas ensuqué.e de sa sieste si on prend la peine de boire un petit café juste avant de s'endormir !

Alors, faites de beaux rêves !

Dans Nature

Butineuse et graphiste

Par Le 17/04/2022

Depuis plusieurs jours, la floraison de la glycine sur la terrasse enchante les abeilles charpentières xylocopes (xylo = bois ; cope = qui coupe). Par un curieux hasard de la nature, leurs ailes ont la couleurs des fleurs, beaucoup de paillettes et une pointe de noir en plus !

Comme cette abeille ne produit pas de miel, elle n'a pas à se défendre et, heureusement pour nous, elle ne pique donc pas.

Attirées par le parfum subtil des fleurs, elles sont plusieurs à venir butiner leur nectar dès le milieu de la matinée. Elles volent bruyamment et lourdement entre les hampes florales, sans état d'âme pour toutes les petites fleurs qu'elles soulèvent et bousculent sur leur passage.

Pendant quelques semaines encore, les lignes noires de leur trajectoire vont trancher sur le fond mauve des fleurs et vont former une composition abstraite enchanteresse.

Dans Nature

Au pas de course !

Par Le 11/04/2022

Participer à une course à pied au mois de juin à la Roquebrussanne, c'est être sûre et sûr de respirer à pleins poumons les parfums de toute la garrigue en fleurs, de fouler le thym, de frôler les genêts, de longer les cystes cotonneux, d'enjamber les mauves, d'effleurer les romarins... Et peut-être d'entendre le chant des premières cigales de la saison !

Mais participer au RELAIS NATURE le 18 juin prochain, ce sera l'occasion aussi de courir entre les vignes et de découvrir les domaines vinicoles de La Roquebrussanne.

Alors, si vous aimez courir et que vous aimez le français, pourquoi ne pas programmer un séjour en Provence combinant la course nature et la langue française ?

Dans Nature

L'orchis de Hyères fleurit à La Roquebrussanne

Par Le 05/04/2022

Voici quelques jours déjà que l'on voit fleurir dans les prairies et au bord des chemins des spécimens d'Orchis d'Hyères (Orchis Olbiensis).

Cette petite orchidée sauvage méditerranéenne est la première orchidée de la saison qui fleurit à la Roquebrussanne. Ses petites fleurs se bousculent et parviennent à se regrouper autour d'un épi. Leurs teintes rose et violette contrastent avec le vert tendre, lisse et soyeux de son feuillage.

Elle est assez fréquente dans les garrigues ouvertes du pourtour méditerranéen, mais le Parc de la Sainte-Baume est le principal endroit dans le Var pour croiser cette très jolie fleur. Et vous ne la rencontrerez jamais chez un fleuriste !

Petites mais vaillantes, les fleurs de thym enchantent les printemps du monde

Par Le 25/03/2022

Le thym est une plante aromatique utilisée dans les cuisines du bassin méditerranéen, dans le sud de la France comme en Syrie. Pourtant, il s'épanouit bien au-delà du monde méditerranéen, par exemple au nez et à la barbe de jardiniers au cœur de la province canadienne du Saskatchewan.

Ainsi il y a deux ans, nous avons reçu Deirdre venue du Canada pour perfectionner son français. L'hiver, plutôt doux cette année là, avait favorisé la floraison précoce du thym. Un après-midi, alors que nous randonnions sur une pierraille parsemée de thym en fleurs, Deirdre m'a raconté comment sa mère avait appris par un beau jour de printemps que son jardin, au centre du Saskatchewan, abritait cette plante aromatique. C'est une femme Syrienne, hébergée par la mère de Deirdre qui a reconnu le parfum du thym fraichement coupé par la tondeuse. C'est elle qui a appris à son hôtesse que son jardin recelait cette délicieuse plante aromatique ! Depuis ce jour, le thym prospère dans ce jardin du Nord canadien et la maman de Deirdre n'a plus jamais acheté de thym au supermarché !

Dans Arts

L'arbre qui cache la forêt

Par Le 17/03/2022

Placé légèrement à gauche du centre du tableau dont il occupe toute la hauteur, le Grand Pin constitue l'unique personnage visible du tableau éponyme peint par Paul Cézanne entre 1895 et 1897.

Cézanne ne peut se résoudre à le circonscrire dans le cadre de la toile : son tronc et ses branches se prolongent dans un hors-champ qu'il nous convient d'imaginer. Imaginer ses racines qui abritent une colonie de larves de cigale. Imaginer ces larves qui patientent sept longues années à son pied avant de se métamorphoser sur son tronc et de coloniser ses branches le temps d'un seul été. Sentir les parfums subtils que son écorce exhale par une chaude journée d'été ou après la pluie. Entendre le sifflement de ses aiguilles agitées par un mistral violent. S'enivrer de la cymbalisation des cigales camouflées sur son écorce. Savourer le bruissement de nos pas sur les aiguilles séchées par le temps. Caresser les gouttes de sève, grasses et odorantes, qui perlent à la surface de son écorce rugueuse.

Comme souvent avec la peinture de Cézanne, la contemplation du Grand Pin ouvre un gouffre entre une réalité visible - la présence du résineux dans le paysage provençal - et une réalité sensible composée de la somme de nos expériences sensorielles. Et cette contemplation nous plonge dans un délicieux abîme.

Dans Arts

Le masculin l'emporte toujours sur le féminin !

Par Le 13/03/2022

Comme de très nombreux écoliers francophones, c'est par cette formule insolente que j'ai appris et mémorisé la règle d'accord en genre de l'adjectif et du participe passé. Ainsi, j'ai appris qu'on doit dire et écrire « Le garçon et la fille sont beaux » au nom de cette règle grammaticale car il y a un nom masculin dans la proposition.


Quand j'étais professeure des écoles, enseigner cette règle a été problématique. Il n'était pas question que j'utilise cette formule misogyne. Pourtant, elle tournait dans ma tête car elle reflétait pour le moins une réalité grammaticale. Chaque année, j'essayais de répondre à l'incompréhension exprimée par certains enfants mais je constatais aussi que cette règle validait la réalité familiale et sociale vécue par d'autres.


Heureusement, ce principe n'est plus une fatalité grâce à la règle dite de proximité selon laquelle l'adjectif s'accorde avec le nom qui le précède comme dans la proposition « Le garçon et la fille sont belles ». La maison d'édition iXe qui propose de si beaux textes applique désormais cette règle et explique pourquoi au début de chaque ouvrage : instructif et passionnant !

Dans Arts

Deux grands-mères, deux langues, deux mots, un même respect des autres

Par Le 09/03/2022

Ma grand-mère maternelle parlait français et provençal. Le provençal était sa langue maternelle. Elle parlait français avec moi mais dès qu'elle était émue, elle n'utilisait plus que le provençal. Quand elle apprenait la détresse de quelqu'un, elle réagissait par un « Peuchère ! » qui exprimait la peine que lui causait le malheur d'autrui. C'est son « Peuchère ! » qui m'a sensibilisée aux sentiments d'autrui et m'a initiée à l'empathie.

Dans son roman L'art de perdre, Alice Zeniter raconte comment Yema, la grand-mère de la narratrice, enseigne à ses enfants l'empathie : « C'est une règle de politesse élémentaire que Yema enseigne à ses enfants : lorsque quelqu'un dit qu'il a mal, on le croit, on le plaint. Les Français ne connaissent pas selon elle cet art de vivre. Quand tu dis que tu as mal, ils répondent « Mais non », « C'est rien du tout » ou « ça va aller ». Ici (...) si quelqu'un dit : « J'ai mal au dos », l'assemblée entière répond « Meskin ! » avec le plus grand sérieux. » 

« Meskin ! » , « Peuchère ! », des mots différents, des langues différentes mais le même sentiment de compassion. J'aurais aimé que Yema rencontre ma grand-mère. Yema aurait peut-être changé d'avis en découvrant qu'on enseignait la compassion aux enfants en Provence et en langue provençale.

Et pour vous, quel est le mot qui vous relie aux autres et vous permet d'exprimer votre compassion ?

Dans Arts

Le salon rose de la villa Noailles

Par Le 03/03/2022

Si vous aimez l'architecture du début du vingtième siècle, alors la visite de la villa Noailles à Hyères vaut le détour.

Construite par Robert Mallet-Stevens dans les années vingt pour les mécènes Charles et Marie-Laure de Noailles, elle a été un nid et un écrin pour des artistes avant-gardistes du siècle passé. Remarquablement rénovée, elle offre au visiteur d'aujourd'hui une expérience sensorielle et esthétique remarquable.


Parmi tous les espaces de la villa Noailles, celui que je préfère est le salon rose. La découverte de ce salon et l'expérience sensorielle que j'y ai vécue ont été si singulières que j'ai plusieurs fois rêvé que je marchais paisiblement dans le salon rose. La salon n'a pas de fenêtre, tous ses murs sont aveugles mais la verrière ouvragée pulvérise les limites de son volume. Il en résulte une sensation de légèreté et un sentiment de liberté insolites.

Je ne saurais qu'en recommander vivement la visite !

Dans Nature

Sous le charme des violettes

Par Le 25/02/2022

A la Roquebrussanne, l'apparition des violettes est le signe de la fin de l'hiver.

On trouve ces petits fleurs odorantes aussi bien sur les chemins de randonnée que dans le village.  

C'est une fleur sociale : elle vit toujours en petits groupes. Pourtant elle a une présence discrète car elle ne se met jamais en travers de votre chemin. On les découvre disposées en petits bouquets, rassemblées sur les marches d'un vieil escalier ou bien blotties contre un rocher.

J'aime passer ma mains entre leurs pétales légers et les agiter délicatement pour recueillir sur ma peau leur suave parfum.

Je ne cueille jamais ces petits bouquets tout prêts, je les garde offerts au regard des passants et je leur laisse annoncer l'arrivée prochaine du printemps !